iwak 2020

iwak #31 – ramper.

Oui. Je pense que l’on peut dire que j’ai dû ramper. Pour terminer cet Iwak. Environ 5 jours de retard. C’est plutôt pas mal, non ? Quand on sait qu’en parallèle je faisais Inktober…

Bon. Je dois avouer. Comme cela demandait beaucoup de temps. Je n’ai pas pu faire les deux. Et c’est amusant de voir celui que j’ai sacrifié et celui que j’ai continué.

J’aime dessiner. Mais. J’adore écrire. Je devrais peut-être le prendre en compte pour ma recherche d’une future carrière professionnelle…

Cet exercice. C’était cool. Cela m’a fait renouer avec une certaine régularité. Comme à la grande époque. Quand j’écrivais tous les deux jours.

Bravo à Matoo que j’ai suivi tout au long de ce mois spécial également. Il faudrait que je commente plus ! wink wink

Les blogs ne sont pas morts.
Pédébloggueurs ! Où êtes-vous ?

iwak 2020

iwak #30 – de mauvais augure.

Comme je l’ai déjà dit. Je suis de nature plutôt positive et optimiste généralement.

Mais depuis quelques années. Le climat ambiant me fait peur. J’ai l’impression que nous sommes allés dans la mauvaise direction.

Les crises économiques successives qui ne touchent que ceux qui n’y sont pour rien. Jamais ceux qui les provoquent – eux s’enrichissent. Pour moi qui adore marcher dans Paris la Nuit, c’est voir de plus en plus de gens dormant dehors. De personnes faisant la manche. Et sombrant souvent dans la folie.

Souvent je me suis demandé. Comment. Comment peuvent-ils se réinsérer. Revenir à une vie « normale » ? Et pourquoi nos modèles de société ne garantissent pas à tout le monde de pouvoir vivre normalement ?

Pour moi c’était de mauvais augure.

Le repli sur soi. Le Racisme décomplexé. Je l’ai vécu dès 2007. Pour moi. Il y a eu un avant et un après Sarkozy. La libéralisation des idées islamophobes, les attaques répétées envers les personnes originaires de la banlieue. Nettoyer au Kärcher disaient et validaient ceux qui finalement allaient multiplier les mises en examen.

C’était aussi de mauvais augure.

La montée des extrêmes en Europe. La multiplication des attentats. Sans réellement savoir qui répond à quoi. Cercle vicieux ? Boucle infernale ? Ou incidence réciproque ? Comment finalement on assiste à un combat continu depuis de nombreuses années entre le Mal et… le Mal.

Et le Bien ? Pas assez visible.

C’est aussi de mauvais augure.

Le dérèglement climatique. La disparition inquiétante et rapide des espèces. Les aberrations industrielles. Pourquoi trouve-t-on du désherbant dans les tampons ?! Les listes de composition des produits pour peu que l’on puisse les comprendre sont devenues incroyables.

Et puis l’appauvrissement intellectuel. L’effondrement des compétences. De la réflexion. Avoir par moment l’impression de vivre l’Idiocracy. Les anti-mariage pour tous. Les antivax. Les platistes. Les anti-masques.

Je dois avouer que par moments. J’en suis venu à vomir le Monde.

Et soudain. Une pandémie. L’impression que la Terre tente tout pour se défaire des Hommes. Est-ce que l’Agent Smith disait vrai ? Sommes-nous réellement un virus ?

Et là ? Est-ce toujours de mauvais augure ? Ou sommes-nous finalement arrivés à la Fin ?

iwak 2020

iwak #29 – chaussures.

Pour cette soirée. J’avais besoin de chaussures à talons.

Comme je fais du 45. Une seule solution. Les boutiques un peu spéciales situées entre Place de Clichy et Pigalle.

J’avais rendez-vous avec Baron Rouge (♡). Et il était en retard. J’ai donc dû prendre mon courage à deux mains et commencer sans lui. Je n’étais pas très à l’aise à l’idée de rentrer seul dans tous ces sex-shops.

Mais finalement. Ils n’avaient rien à voir avec l’image que je m’en faisais.

Quand Baron est arrivé. J’étais en plein essayage. J’avais craqué sur une paire de chaussures rouges à talons hauts.

Ces chaussures, je les ai par la suite portées plusieurs fois lors de nos soirées à thèmes. Et notamment lors de la fameuse Dames en Noir chez Baron. Après plusieurs visites, ces voisins avaient fini par nous contraindre à arrêter la soirée et à nous délocaliser.

Et nous voilà. Dehors. Le 27 Février 2010. Direction le Tango.

Baron habitait près de la Rue des Rosiers à l’époque. Pourtant le trajet m’avait paru interminable. Marcher avec ces chaussures était une torture.

Maudits talons aiguilles.

Ils sont toujours dans ma Boîte à Malices. Là où j’ai rangé tous ces déguisements improbables que j’avais revêtus en 2009-2010 avec les Garçons.

Baron, j’aimerais tellement pouvoir me déguiser à nouveau à l’une de tes soirées… ♡

iwak 2020

iwak #28 – flotter.

Viens, tout flotte en bas. Comment penser à autre chose qu’à Grippe-Sou/Pennywise ?

Je l’ajouterais volontiers à ma liste de vieux trucs à revoir. Juste pour voir si j’ai aussi peur que quand j’étais petit.

Ce Clown nous a tous traumatisé. Je me demande si c’est pas un peu à cause de lui que ma génération essaie de faire fermer les cirques – sous couvert de la protection des animaux ? (humour, je précise).

iwak 2020

iwak #27 – musique.

Il y a quelques jours. Je me suis fait une playlist « Oldies Goodies ». Et j’ai compris que ma Nostalgie avait fini par toucher aussi la musique.

Je me refais régulièrement de vieilles séries ou de vieux films. Mes amis ont du mal à comprendre pourquoi dans le contexte actuel. Avec la multiplication des plateformes de streaming. Je reste autant attaché au Jadis.

Le grain de l’image. Les vieilles VF. Les histoires et les personnages. Ce n’était pas parfait. Il y avait des défauts. Mais ça sonnait plus vrai.

Aujourd’hui. Rares sont les productions qui arrivent à me toucher. Je trouve presque tout très prévisible. Lisse et insipide.

Et c’est pareil en musique. J’ai souvent en tête de vieilles chansons alors je me précipite sur mon téléphone pour les récupérer. Il s’agit pour la plupart de chansons des années 80 et 90 que je n’écoutais pas avant. Mais allez savoir pourquoi. Aujourd’hui. Je les adore.

American Horror Story: 1984 et sa bande son a aussi dynamisé ce retour au Passé. La saison en elle-même était plaisante. Pas la meilleure. Pas la pire non plus. Mais cet hommage aux années 80 a su trouver un écho quelque part dans mon spleen.

Et c’est pourquoi je parle de Nostalgie. Il y a un mélange de regret, d’affection et d’un léger parfum de c’était mieux avant.

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Next