Beur-Boy III

C’est au détour d’une conversation sur Twitter que je me suis dit qu’il était temps. Temps de revenir ici. Mon dernier billet sur Beur-Boy datait de décembre 2012.

Et nous sommes maintenant en 2016. J’ai 33 ans. Un peu plus de formes. Moins de cheveux. Une très belle bague. Et une certaine nostalgie de ce blog. Je ne suis plus une princesse capricieuse. Mais un homme mature et heureux.

Avant de revenir ici. J’ai bien tenté de réparer ce que j’avais cassé. Mais je n’ai pas réussi. La décision d’enterrer la… les haches de guerre ne m’appartient pas. J’ai essayé de reprendre contact avec qui vous savez.

Sans réponse (x 3).

Mais c’est maintenant une autre histoire.

Je me souhaite la bienvenue à moi-même. A nous-mêmes en fait. Puisque nous sommes toujours autant dans ma tête. Et de retour.

Je suis donc le troisième.

Code Beur-Boy.

Tout a commencé à l’époque où je rédigeais un petit blog gay appelé « Beur-Boy ».

Lors de cette expérience, mes billets mêlant candeur et côté olé-olé me firent passer de l’état de jeune naïf fleur-bleue à celui de fantasme. Ce qui aurait pu être amusant si j’avais été réellement sexy.

Heureusement, j’étais aidé par Les Garçons, mes anges-gardiens qui me suivaient depuis le début. Malheureusement, c’était des bombes sexuelles et ils étaient les seuls à me voir comme j’étais.

Bref, j’ai écrit plusieurs billets à travers le temps, passant de la peau d’un personnage à un autre en racontant mes petites aventures. Et j’espérais chaque fois que mon prochain billet permettrait aux gens de mieux me connaître et me rendrait moins solitaire.

Oh bravo.