La Convergence – le Triple Anniversaire.

J’avais reçu une invitation Facebook pour l’anniversaire joint de Jolies Lèvres et deux de ses amis. Mais j’étais décidé à ne pas y aller.

Comme il s’agissait d’un évènement dans le petit monde des pédébloggueurs, tout le monde se préparait à y aller. Et je recevais des messages d’amis communs me demandant si je viendrais.

Mais. Je n’avais qu’une envie. Leur écraser la tête avec mon pied jusqu’à ce qu’ils réalisent ce qu’ils étaient en train de me demander.

J’avais l’impression qu’un mois après, les gens avait complètement oublié mon histoire avec Jolies Lèvres. Hormis celui qui m’a invité et une autre de ses amis, personne n’avait réellement pris de mes nouvelles. C’était comme si nous n’étions jamais sortis ensemble.

Les relations entre garçons allaient-elles aussi vite ? Aussitôt terminées, aussitôt oubliées ?

J’allais finir par comprendre pourquoi.

Quelques jours avant la soirée, je recevais un email de Jolies Lèvres. Très froid, comme il l’avait d’ailleurs été depuis la rupture. Il m’annonçait avoir appris que j’étais invité. Mais surtout qu’il se devait de m’avertir qu’il sortait à présent avec quelqu’un.

Et que ce quelqu’un n’était pas n’importe qui.

J’avais passé les derniers mois de notre histoire à me dire que je n’étais pas fait pour lui et qu’il ferait mieux de sortir avec quelqu’un comme ce garçon. Un garçon intelligent et beau avec une jolie situation. Et non pas un simple vendeur comme moi incapable d’aller en vacances avec lui.

Et d’un seul coup. A la vue de ce prénom dans cet email. J’avais compris.

Je n’étais pas simplement remplacé. J’étais écrasé.

Comme lorsque l’ordinateur vous demande si vous voulez « écraser » un fichier. Vous n’existerez plus. On ne gardera que la dernière version. Je ne représenterai plus rien. Les gens avaient zappé que nous étions sortis ensemble parce que cette combinaison-là était plus belle. Meilleure.

Et personne ne gardera de souvenirs de la notre. Ni même ne la regrettera.

Et si Jolies Lèvres demeurait l’une des mes histoires les plus importantes. Moi, non.

Terrible écho à ma relation avec l’Homme à la Bouteille. Ou comment ce dernier en rompant avec moi avait fini par me qualifier de pluie fine au milieu d’une tempête (sa rupture précédente et toute fraîche).

Je ne serai jamais exceptionnel.

Ce weekend-là. Je me suis donc enfermé. Chez moi et à l’intérieur de moi. Pensant que mes murs étaient imperméables et que je serai à l’abri.

Mais nul n’est véritablement à l’abri de Facebook. Et en 2009, nous commencions tout juste à le comprendre.

Précédent

La Convergence – Le Fantôme

  1. <3 avant – maintenant – demain <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén